Le mot du président - février 2015

FacadeLe 11 février 2015 s'est tenue à la sous-préfecture de Segré une réunion portant sur l'avenir du collège. Cette réunion, organisée à la demande du préfet du Maine-et-Loire, rassemblait les entités liées au collège, avec pour objectif d’instaurer une discussion entre les parties concernées et de tracer un contour de l’évolution possible du patrimoine majeur de la commune de Combrée. 

Les propriétaires et les locataires du site, ainsi que certains responsables départementaux qui avaient été conviés n’ont malheureusement pas pu assister à cet échange. Les participants, et notamment les deux associations présentes (l'Amicale des anciens élèves et amis de l'Institution libre de Combrée, et l'Association pour la sauvegarde et la mise en valeur du collège), se sont majoritairement exprimés en faveur d'un projet global. C'est-à-dire contre certaines tentations de scinder l’emprise et d'utiliser une partie du site pour des réalisations locales n'ayant aucun lien avec la dimension historique et régionale – voire nationale - du collège.

Nous (les associations) avons défendu l'idée que pour conserver toute sa valeur, le collège ne doit pas être morcelé. Il faut que l'intégrité de l'emprise soit préservée. C'est une simple question de bon sens. Et l'architecte des bâtiments de France, présent à la réunion, n'a pas manqué de souligner ce point, rappelant que les investisseurs privés privilégiaient nettement l’acquisition de biens n’ayant subi aucune réduction de leur périmètre originel d’implantation. 

Nous ignorons ce que deviendra à terme le collège, et il ne faut donc pas écarter la possibilité d’une reprise par un investisseur privé qui semble, à terme, constituer l’hypothèse la plus pérenne.

Il nous paraît par ailleurs évident que la valorisation du site représente un formidable atout pour les populations locales. Un site valorisé et rénové constituerait pour la région, et donc pour la commune, un pôle d'attractivité certain. En conséquence, toute dégradation ou tout découpage de l'emprise ne pourrait que porter préjudice à la réalisation future d'un projet global.

C'est dans l'attente de ce projet que nous devons nous mobiliser pour préserver l'intégrité du collège et de son parc. L’histoire de ce collège a plus de deux cents ans, le corps de bâtiments principal en a plus de cent cinquante. Cette vénérable institution a donc un rapport au temps bien éloigné de la frénésie contemporaine et de ses impératifs d’immédiateté.

Il me semble qu’il serait juste d’accorder au collège le respect que son grand âge et sa notoriété méritent. 

Amicalement

Jean-Michel GUITTET