Vos participations en 2019

de Jean-François Rod (c.1964) vous propose de lire ...
  de notre président : un livre-cadeau de Noël pour tous

 1967Timbre ILC


Afin de maintenir des liens créés "au collège" vous êtes invités à participer
aux évocations de vos souvenirs et de votre présent. 
(51 participations 
depuis le 01/01/2019).

Racontez-vous et participez aux souvenirs de tous.

 

 

 

 + + + + + + + + + + + + + +  + + + + + + Revoir les échanges de 2015 ; de 2016 ; de 2017 ; de 2018 

  

de Jean-François Rod (cours 1964), le 6 novembre 

Jean-François, diacre à Notre Dame de Paris, vous propose quelques ouvrages issus de la librairie La Procure.
Ils feront un joli cadeau de Noël à s'offrir ou à offrir. L'hebdo Paris Notre-Dame lui a demandé une recommandation de six livres diversifiés pour Noël, avec une petite présentation très courte de chacun, à paraître début novembre.

En voir la présentation dans notre rubrique "Les livres". 

 

separ

 

 

de Loïc Dusseau, notre président, le 3 novembre 

Le 15 novembre sera publié "Joyeux Noël !" de Benoît Castillon du Perron, notre directeur de l'ILC de 1999 à 2004.

Benoît Castillon du Perron nous offre ici un récit épuré, certes plein de tendresse, mais tout entier conduit par le fil émerveillé d’une expérience d’au-delà de la vie.
 
Est-il besoin de le dire : ce petit livre élégant constituera un parfait cadeau de Noël ! Voir sa présentation et le commander .
   Livre JoyeuxNoel 1 

separ

 

de la presse locale, les 25 et 26 septembre 

Les journalistes de OUEST-FRANCE et du COURRIER de l'OUEST ont communiqué dans leur récentes éditions sur le déménagement de l'Epide de Combrée.
Lire les articles correspondants dans "La presse en parle"

Nous tenterons de vous tenir au courant des conséquences de ce transfert.

separ

 

 

de notre président Loïc Dusseau (cours 1984), le 21 septembre 

Patrimoine2019

     Pour ceux qui, avec notre Amicale, regrettent que le collège de Combrée ne soit pas ouvert à la visite lors des Journées du patrimoine qui se déroulent ce week-end malgré son intérêt architectural majeur pour le Haut-Anjou (même si ses extérieurs restent en grande partie visibles), nous vous informons que l’Association pour la Sauvegarde et la Mise en Valeur du collège (ASMV Collège) présentera un reportage sur Combrée en continu ce dimanche 22 septembre, à partir de 14h00, dans la salle de cinéma du château d’Armaillé (anciennement dit de La Douve) au Bourg d’Iré.

Une bonne occasion de visiter ce château construit entre 1871 et 1874 dans un style néo-Louis Xlll tout en se remémorant nos souvenirs d’anciens combréens !

separ

  

 

de Etienne Charbonneau (cours 1964), le 18 septembre 

Etienne Charbonneau envoie un message de Jean-Etienne Rime (cours 1975) qui a commis un ouvrage sur la logistique et le vin. 

Vous pouvez aussi informer vos papilles en lisant ce livre :
 https://www.dunod.com/livres-jean-etienne-rime 

Tout ce que vous n'avez osé demander à propos du vin, ce monument français.

 vin

separ

 

 

de Marie-Jo Abline, la Rando de la Verzée le 12 septembre 

Rando2019

Merci de faire suivre cette information autour de vous pour son dixième anniversaire.

separ

 

 

de l'abbé Paul Argand (cours 1948), le 9 août 

Je n’étais pas scout, mais mon voisin d’étude Gabriel Halligon (originaire du Lion d’Angers, cours 1949) devait être dans les chefs ; il m’en parlait de temps en temps. Malheureusement il est décédé.

Courriel en réponse à une sollicitaion envoyée à nos anciens suceptibles d'avoir été scouts à Combrée dans les années 1947-1950.

separ

 

 

de Patrick Tesson (cours 1972 et président honoraire), le 7 août 

Bonjours à toutes et à tous,
Enfin une bonne nouvelle : Je n’ai pas besoin de chimiothérapie. Pas de cellules cancéreuses dans les ganglions du morceau de colon que l’on m’a sectionné. En cette période de vacances, après bien des relances, cela a été difficile de trouver un chirurgien qui veuille bien m’appeler pour m’annoncer les résultats des analyses. Donc tout va bien. J’ai pris rendez-vous pour passer début janvier 2020 de nouveau sur le billard pour la prostate. Opération qui n’avait pu s’effectuée à cause de mon infarctus. Un grand merci pour vos soutiens pendant cette période difficile qui est maintenant derrière moi.
Patrick

Profite bien de tes vacances en famille et bon vent !

separ

 

 

de Alexis Boncenne (cours 2006), le 2 août 

Concernant mon parcours, je suis parti de Combrée en 2005. C'était prévu car j'avais organisé une année d'étude en Uruguay, néanmoins la fermeture a un peu changé mes plans car j'étais censé passer le bac à Combrée lors de l'année 2006/2007, ce qui ne put se faire étant donne la fermeture du lycée.

J'ai donc étudié pendant un an en Uruguay (2005-2006), étudier est un grand mot car comme les années scolaires sont inversée (hémisphère Sud) j'étais pendant 3 mois et demi en vacances d'été. Mon année en Uruguay fut d'une grande liberté grâce notamment à ma famille d'accueil à Montevideo qui me laissait assez libre. J'en ai profité pour connaitre un peu ce coin de l'Amérique du Sud avec des voyages au Brésil, en Argentine et au Chili. Je découvris aussi le football sud-américain et ses imbrications entre culture populaire, sport de haut niveau et mélanges politiques souvent malsains. Cela ne m’effraya point et je suis devenu un véritable enthousiaste pour ce sport dans cette région, au point que j’essaya à chacun de mes voyages d’aller au stade et m’immiscer dans les groupe de supporters locaux !

A mon retour en France, je passais mon bac série Économique et Sociale, mention Bien en Juin 2007. Même si je m'inscrivis à une licence en Économie et Géographie ce ne fut que temporaire car j'avais prévu (et j'ai un peu forcé la main à mes parents) depuis longue date d'aller étudier au Canada, à Montréal plus précisément.

En décembre 2007 donc, je m'installe à Montréal ou j'y suis resté cinq ans et ai obtenu mon baccalauréat (équivalent Licence) et ma Maitrise, tous les deux en Sciences Économiques. Ce fut une expérience très enrichissante tant au niveau des connaissances acquises comme au niveau de ce que les québécois appellent "l'expérience de vie". Je m'y suis fait des amis très chers, avec qui je reste en contact aujourd'hui et j'ai eu la grande chance de pouvoir comprendre la vie en Amérique du Nord tout en obtenant une formation de grande qualité. Aussi, je me suis rendu compte que mon expérience d'internat me donnait un avantage incomparable par rapport a mes camarades en ce qui concerne la vie indépendante mais aussi la rigueur dans les études. Toutefois au bout d'un moment je sentais l'envie de retourner en Amérique du Sud.

Ainsi, en Juillet 2012, je me suis installé en Colombie, pays dont je possède la nationalité via ma famille paternelle. Ce fut une sorte de retour aux sources au niveau personnel, l'opportunité de connaitre profondément ce pays dont on m’avait tant parlé mais où mon père n'avais jamais voulu nous amener (lui d'ailleurs n'y est allé que deux fois en 1969 et en 2015 pour la naissance de mon fils). Étant amené à travailler d'abord dans un centre d'évaluation des politiques publiques et ensuite au sein des Nations Unies (à ONU Femmes plus précisément), j'ai eu l'opportunité, grâce à mes nombreuses missions de terrain, de connaitre profondément ce pays, sa géographie, ses inégalités de toutes sorte et les conflits qui peuvent le ronger. Au niveau personnel aussi j'y ai rencontré mon épouse, Lina et nous avons eu un fils, Balthazar, né à Bogota en 2015.

Finalement en août 2017, j'eus l'opportunité d'un travail auprès de l'UNICEF en Jordanie. Je suis maintenant Responsable de Programmes de Protection Sociale, affecté principalement au développement de transferts monétaires pour les familles les plus défavorisées de Jordanie. Je travaille notamment à l'identification de solutions durables pour les refugiés syriens (15% de la population). Balthazar (mon fils) y passe son enfance, et notamment ses premières années d'école. Je suis toujours très curieux de savoir comment cela se traduira pour lui dans quelques années, que répondra-t-il lorsque l'on lui demandera d'où il vient ? Va-t-il avoir un souvenir de l'Arabe ? Quelle sera sa conception du monde lui qui baigne aujourd'hui dans trois cultures bien différentes les unes des autres?

Ceci concerne mon parcours de vie, néanmoins j'ai toujours profité de mes différentes positions pour connaitre les pays alentours que ce soit, ainsi j'ai fait un long voyage en Éthiopie en 2011, été détaché pour des missions spécifiques auprès des bureaux en Haïti en 2013 et au Bangladesh en 2019, eus des missions de travail au Pérou, en Équateur ou au Panama et j'envisage très fortement de mieux connaitre l'Égypte et Oman cette année. Bien sûr je passe de temps en temps en France et j'en ai profité il y a deux ans de cela pour aller voir Combrée où j'ai tout de même passé 5 années scolaires. Je fus désolé de voir le délabrement du bâtiment principal mais content de savoir que l'amicale, la mairie et l'EPHAD s'efforcent de conserver ce lieu où durant 200 ans plusieurs milliers d'adolescents comme moi purent s'épanouir et devenir ce qu'ils sont aujourd'hui.

Bien cordialement

Quel parcours ! Si vous avez connu Alexis à Combrée, vous pouvez le joindre par notre intermédiairesepar

 

 

de François Toulet (cours 1967), le 28 juillet 

Chers anciens,

J’ai appris par notre bulletin la disparition de Lucien Groult.

Ce champion de tennis de table était aussi discret que gentil. Mes copains et moi (5 à 6 élèves), nous l’aimions beaucoup.

 Il nous faisait un cadeau immense : les samedis et dimanches où nous étions là, il nous prêtait son "tourne disque", pour que nous puissions écouter cette nouvelle musique des débuts du rock. Nous sommes dans les années 65/66/6, nous avons de 16 à 18 ans (comme dit la Reine d'Angleterre aujourd'hui : "Où en serions nous si les Beatles n'avaient pas existé").

 Dans la classe de seconde (2ème étage près de la bibli), nous écoutions donc nos 45 tours : Chadows, Beatles, Kinks, Elvis, Chaussettes Noires, Chuck Berry etc.…Musique qui allait changer beaucoup de choses pour notre génération, mai 68 pointait doucement son nez, mais nous ne le savions pas ; nous perdions un peu notre temps mais le monde futur semblait nous appartenir, et en regardant les champs du haut de ce perchoir, nous rêvions à des jeunes filles en fleur (ou pas), à travers la fumée de quelques cigarettes interdites, mias sans euphorisant .à l’époque !

Et bien, M. Groult nous a toujours laissé entière liberté en dehors de tout contrôle 

Hommage à toi Lucien, merci et respect

Ce texte accompagnera Lucien Groult dans le "trombinoscope" des enseignants sur ce site

separ

 

  

de Patrick Tesson (cours 1972 et président honoraire), mise à jour le 21 juillet 

Bonjours à toutes et à tous,

Je suis rentré à la maison hier midi. Un peu balafré sur le ventre. Mais avec des douleurs très supportables sauf lorsque je dois tousser ou me racler la gorge, là les points de sutures (sous la peau) sur les abdominaux me rappellent que le corps peut-être parfois très douloureux. Repos total pendant un mois. Un peu de marche quotidienne et la vie pourra reprendre normalement. Du moins je l’espère car je dois encore attendre d’ici dix jours, les résultats des analyses des 70 cm de gros colon que l’on m’a chapardé pour savoir si je dois ou non commencer sans tarder une chimiothérapie. Encore un peu de patience… En attendant, j’en profite pour me faire cajoler par mon infirmière « permanente » à domicile.

Merci à mon infarctus du myocarde de fin décembre qui a déclenché les saignements à cause des médicaments anticoagulants de la tumeur du colon (qui elle était déjà là et se cachait sournoisement depuis un bout de temps) me provoquant ainsi une anémie qui a alerté les médecins. L’examen hemocult des selles fait en novembre comme tous les deux ans avait pourtant été négatif !!   

On a de la chance de vivre en France avec cette prise en charge médicalisée quasi-totale et des plus performante au monde.

Un grand merci pour vos nombreux soutiens et encouragements

Nous lui souhaitons de récupérer au plus vite.

Chers amis, et amies,
Voici les dernières nouvelles de ma santé. Bien, les choses sont maintenant parfaitement cernées après deux scanners et une coloscopie. J’ai donc un cancer du colon droit mais heureusement sans métastases. L’opération chirurgicale relativement lourde se déroulera pendant deux heures lundi prochain le 15 juillet par coelioscopie. L’on va me retirer environ un tiers du colon soit 50 cm. La seule complication en amont est l’arrêt des anticoagulants (que je prends suite à mon infarctus) pendant les jours qui précèdent l’opération. Je resterai quatre ou cinq jours à la clinique. Le moral est bon.
Haut les cœurs !

Assurons-le de notre soutien sans faille : si vous n'avez pas son adresse, nous transferons vos courriels.

separ

 

 

 

de Claude Chevalier (cours 1976), le 3 juillet 

Bonjour,
Ç
a me fait toujours un petit "effet" de recevoir des nouvelles combréennes... même si c'est une période lointaine, maintenant.

 Je vous ai rajouté quelques noms de la cuvée 1976, sachant que certains ont des numéros de téléphones professionnels que je ne peux pas me permettre de transmettre, RGPD oblige.

 Pour ma part, après avoir été élève de 70 à 76, je suis revenu à Combrée comme enseignant puis directeur des études de la partie lycée, entre 1983 et décembre 1990. Je fus appelé à la responsabilité de chef d'établissement en cours d'année, ce qui ne fut pas pour plaire vraiment à mon directeur de l'époque, et je le comprends ! Mais l'urgence de la situation de Brissac-Quincé avait amené le directeur diocésain de l'époque de prendre quelqu'un qui avait déjà une forme d'expérience en responsabilité. 
Je n'ai jamais regretté ce saut dans un nouvel inconnu.
Puis ce fut le collège de la Madeleine, 5 ans. Pendant ces deux mandats successifs, j'ai été aussi happé en partie par l'Ecole des Cadres Missionnés, à Montrouge, pour la formation des futurs chefs d'établissement de la France (autre mission, qui ouvrait ) 

Claude Chevalier est le Correspondant de Cours 1976 qui a ajouté 7 noms de son cours, puis 3 autres noms de cours voisins. Merci à lui de jouer ce rôle avec autant de résultats. 

separ

 

 

 

de Guy Bernier (cours 1968), le 25 juin 

Cette commune est située à 13 km de Sablé , et ces concerts auront lieu sous les ombrages du camping de la commune.
Venez nombreux, c'est gratuit !

2019 06 25 GBernier

separ

 

 

de Michel Boulangé (cours 1975) et son fils Marc, le 15 juin

Des photos que beaucoup d'entre nous ne pourrons pas voir de leurs propres yeux !
Regardons de haut mais avec respect le siège de nos souvenirs de jeunesse :

Photo 1 - Photo 2 - Photo 3 - Photo 4Photo 5 - Photo 6 - Photo 7 - Photo 8

de Michel Boulangé

Cela fait toujours plaisir de voir ce cher Collège, sur les photos je revois ma première année en 7éme dans la petite salle de classe à coté de la chapelle, au dortoir, l’Enfant Jésus, Saint Stanislas, les différentes classes et  la salle d’étude avec ses bureaux à battant, la cantine, les environs, la cour, tout les souvenir reviennent, le préau où l’on descendait en patins à roulette.
C’est bizarre comment une simple photo arrive à nous faire passer de l’autre côté des murs, à l’intérieur de cette immense propriétée remplie d’anecdotes et de souvenirs.

Merci à lui pour ce travail.

 

separ

 

 

de Jean-François Rod (cours 1964), le 12 juin 

De la lecture pour vos vacances issue du dernier numéro de Paris-Notre-Dame : six ouvrages sur deux pages

separ

 

 

de Jean-Marie Drapeau (cours 1952), le 1er juin 

      Le beau temps de samedi dernier a dû favoriser l’A.G. Comment s’est passé la réunion et qui a été choisi comme Président ? Avec le départ prochain de L’Epide j’ai repensé évidemment au futur de notre vieux collège et je crains l’arrivée des bulldozers. Parmi les idées qui ne doivent pas manquer de circuler serait-il intéressant de prendre contact avec Stéphane Bern ? Je ne pense pas aux subventions bien entendu mais aux relations que cette personne a avec le monde politique, les entreprises, les investisseurs et mécènes. Le projet “mariages” de O’Neil en 2018 ne remplira malheureusement jamais un bâtiment de cette importance, il faut un projet plus consistant et Stéphane Bern peut en avoir.  
       Dans mes souvenirs de la troupe scoute qui remontent tout doucement je retrouve Gérald Brémond. Il devait être du cours  48, celui de mon frère Michel. Je me souviens d’un garçon ouvert, plein d’allant qui devait avoir des responsabilités, peut-être chef  de troupe ou adjoint. Alors que nous étions en vacances chez mon oncle à la Garenne-Colombes en 1948 nous l’avions rencontré à Paris avenue Foch où il avait trouvé un job d’été comme standardiste dans un consulat ou une ambassade. Le petit provincial que j’étais avait été très impressionné qu’un jeune de 18 ans puisse avoir un telle responsabilité ! Sa vie a malheureusement été bien courte. Quelques mois plus tard, en revenant de Combrée à moto selon mes souvenirs, il s’est fait tué à Saint Georges sur Loire au carrefour de la R.N. 23. A cette époque la signalisation routière était modeste et les stops inexistants. Bien triste pour ce garçon que chacun de nous appréciait.

Je te remercie à l’avance d’une petite réponse (faite) avant sans doute un compte-rendu à lire sur le site.

separ

 

 

de Michel Verbe, (cours 1949), le 20 mai 

Suite à la mis en ligne de demandes d'élèves pour faire du sport au collège dans les années 1940

Q‌uel cheminement et que de bonnes volontés pour que ces écrits complètement oubliés, reviennent à leur point de départ !
Merci à tous les intermédiaires et amitiés aux Anciens.... 

separ

 

 

de Philippe Boutin, cours 1963, le 17 mai 

Cher ami combréen
Je pensais que l’amicale avait sombré et voici qu’elle renaît !
Ne én 1945, je suis arrivé en 6ième à Combrée où je rejoignais mes deux frère aînés François et Dominique. J’y suis resté jusqu’en première, puis terminale au lycée Clemenceau de Nantes, études de médecine à Nantes, puis Internat à l’hôpital d’Angers. Enfin installation en médecine générale à Gétigné près de Clisson avec ma femme également médecin généraliste. 
Mon frère Dominique est décédé en 1962 à l’âge de 19 ans.
Mon frère François habite l’agglomération lilloise.
Bien cordialement

Bienvenue aux frères Boutin à l'Amicale ; je fournirai leurs coordonnées à ceux qui le souhaiteraient.  

separ

 

 

de la responsable du service comunication de la mairie de Combrée, le 7 mai 

 25mai2019 a 25mai2019 b 

Merci de confirmer votre présence soit à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. soit à Jean-Louis Boulangé

separ

 

 

de PressOcean pour Noël Guetny (cours 1967), le 4 mai 

2019Mai Guetny

separ

 

de Jean Orchampt, évêque émérite d'Angers, le 2 mai 

La mémoire dans la foi demeure et c'est important. Merci pour tout ce qui a été et est encore réalisé : l'ère du numérique ne dispense pas de l'esprit et de la foi ! Bonne poursuite ! 

separ

 

de François Toulet (cours 1967), le 1er mai 

Une fois de plus je serai en mer à cette période. Mon cher Jean Louis je te dis merci et te souhaite bon vent.

separ

 

de Jean-Yves Chauvin (cours 1965), le 28 avril 

Mon éloignement géographique en Isère ne me permettra pas d’être présent à cette assemblée générale. De plus à cette date je serai à l’étranger. J’envoie un pouvoir.
 Je pense hélas qu’il faut être réaliste et que notre association devra se résoudre à une dissolution d’ici quelques années puisqu’il ne peut plus y avoir de recrutement. La dévolution du patrimoine se posera donc à terme. il est pertinent d’y réfléchir et de rechercher des solutions.
Pour ce qui est des écrits, les archives départementales doivent normalement être intéressées, leur conservation serait assurée avec droit d’accès à tout public. il faut s’y prendre assez tôt car les règles de de dépôt sont assez strictes.
Et pour de qui est des autres biens, je ne sais vers quel organisme public ou semi public se tourner. N’y a –t-il pas en Anjou un musée consacré aux œuvres religieuses ou d’éducation. ?
Bien cordialement et avec mon meilleur souvenir à Jean-Louis Boulangé.

separ

 

de Jean-Marie Drapeau (cours 1952), le 31 avril 

Je ne pourrais pas aller à Combrée pour l’A.G. Je te joins mon pouvoir tout en pensant que c’est toi avec ton implication et tes connaissances des dossiers qui serait le meilleur président pour faire vivre encore quelques années notre bonne vieille association. Amitiés.

separ

 

de Fançois Bardet (cours 1965), le 28 avril 

Comme je te l’avais dit lors de ta tentative d’organiser une réunion cette année pour les 55 ans du cours 64 et voisins, je ne suis pas disponible dans cette seconde quinzaine de mai et ne pourrai pas participer à l’AG du 25/05/19.

Grand merci de continuer à maintenir ce lien entre les anciens que chacun apprécie en recevant tes mails qui nous font grand plaisir. Très cordialement.

separ

 

de Foulques de Montaigu (cours 1964), le 29 avril 

Merci de me maintenir sur vos listes. Suis pas certain de pourvoir venir. Quand souhaites tu réponse au plus tard ? Amitiés.
Le mercredi précédant le samedi 25 mai

separ

 

 

de Jacques Mélard (cours 1957), le 29 avril 

Evidemment, mon déplacement en quatre jours pour aller jusqu'à Combrée est remis en cause en raison des élections européennes. Je n'avais pas fait attention à la date du 26 mai, et je ne serai pas arrivé à temps pour jeter mon bulletin (je ne voyage plus qu'en train!).
Ceci étant, il me semble que mon frère, un des initiateurs des "Taupes", fera le voyage et pourra se joindre à vous.
Avec mes sincères regrets, d'autant plus que j'aurais souhaité connaître le nouveau gymnase COURAUD. Ce dernier a été un de ceux qui m'a fait réussir le concours de St Cyr, grâce à son action décisive (barre fixe, escrime, athlétisme. J'avais participé aux championnats de France UGSEL, revêtu du maillot et du short réalisés par son épouse. Je les ai conservés tous les deux et je comptais vous les remettre pour vos archives). Ce sera pour une autre fois...

separ

 

 

de Maurice Alain Tremblier (cours 1972), le 25 avril 

Je me décide enfin à répondre à ta demande. C'est toujours avec plaisir que je regarde les news sur Combrée, je garde de très bons souvenirs de mon passage et des camps de scouts rangers et pionniers.

 J'ai regardé le film sur le camp mais peux-tu me dire s'il y en a d'autres stp,ainsi que des photos. Je me souviens de celui en Bretagne au lieudit "Ti douard" camp où nous passions les concours concernant la montée à cheval, avec déplacements en vélo mais surtout du camp survie sur l'ile d'Houat et aussi du déplacement vers Paris en car pour un rassemblement dont un journal avait titré "10 000 poulets pour 20 000 scouts".
De gauche à droite : Jean-Marc Verryden (✝︎), Xavier Browaes, Jean-Claude Mouré
Camp Ti Douard 
Voici des photos d'amis, pour certains nous nous voyons régulièrement, j'ai vu Philippe il y a un mois il habite à St Jean d'Angely, je vais voir Jean-Claude dans 15 jours, lui et Yannick son frère habitent sur Tours, je précise que Jean-Claude était scout et non Yannick, Jean-Marc Verryden est décédé il y a pas mal d'années, nous avions des rencontres souvent à l'époque avec Christian Thomas décédé aussi. J'ai  des nouvelles de Joseph Courant parfois par Philippe de Chenerilles, belle amitié.
de gauche à droite : Maurice Tremblier, Philippe de Chenerilles et Joseph Courant.
MTremblier 01
   2010 Jean Claude Moure     2010 Yannick Moure      2016 MauriceTremblier

De gauche à droite :
J-C Mouré sculpteur
Yannick Mouré peintre
Maurice Tremblier

 

J'en profite pour donner le bonjour aux anciens camarades. Mes amitiés à tous.

 

separ

 

  

de Gérard Lebouchet (cours 1957), le 19 et 24 avril 

Je suis allé voir le site de l’Amicale, rubriques « théâtre » et « sports », mais ma contribution à l’évocation de souvenirs ne peut être que très modeste. En fait, dans ces deux domaines, comme dans un troisième, la « musique », je ne peux guère exprimer que des déceptions.

Concernant la musique : on m’invitait toujours à chanter dans les réunions de famille, ce qui me faisait croire que j’avais une voix acceptable. Aussi, lorsqu’au moment de recruter de nouveaux membres pour sa chorale, Monsieur Ecole nous a fait monter puis descendre la gamme, et qu’à l’issue de cette petite performance, j’ai été invité à prendre la file des « recalés », ma désillusion n’a pas été mince. Je l’ai toujours regretté, même si les parents me pressaient encore, lors de baptêmes ou de communions, à entonner des airs qui paraitraient bien mièvres aujourd’hui.

Le théâtre : je me souviens assez peu des représentations auxquelles j’ai assisté, sauf Le voyage de Monsieur Perrichon, avec, sauf erreur, dans le rôle principal, Michel Leroy, à qui je vouais une grande admiration. Et j’en ai retenu cette réplique qu’il m’arrive encore de dire en pensant chaque fois à Labiche : Messieurs, j’ai bien l’honneur de vous saluer !Côté déception : j’avais, jusqu’à mon entrée au collège (à 12 ans), une vraie passion pour le théâtre et je déclamais volontiers et sans gêne aucune sur scène, à Château-Gontier ; j’entraînais des garçons et filles, amis ou parents, à jouer en extérieur des pièces transcrites de proses diverses ; je crois même pouvoir dire que ce sont ces escapades (et des résultats médiocres en 6ème) qui ont décidé mes parents à me « mettre en pension » à Combrée, où aucune proposition ne m’a malheureusement été faite.

Le sport : avec Monsieur Couraud, j’excellais surtout au cheval d’arçon et au saut en longueur. Un jour, nous devions nous rendre en car dans je ne sais plus quelle commune proche, pour assister à un match de foot ; un sport que je n’ai jamais beaucoup aimé. Cependant, la perspective d’une journée champêtre me réjouissait. Le matin prévu pour le départ, le préfet de discipline, Georges Legagneux, que nous appelions Jojo, nous a fait savoir, depuis l’entrée du dortoir, que nous étions tous privés de sortie pour avoir chahuté pendant la nuit. Pour ma part, j’avais dormi du sommeil le plus profond et ne comprenais pas. Je n’oublierai jamais ce qu’il a dit alors, car je trouvais particulièrement injuste l’application d’une sanction collective : « Vous êtes tous solidaires les uns des autres ». Une autre fois, je devais me mesurer en saut en longueur à d’autres participants à un concours régional. De Combrée à Angers, la mauvaise suspension du car qui nous transportait m’a rendu si malade que j’ai été dans l’incapacité de réaliser la moindre performance.

S’il est un autre domaine où je dois un très grand merci au collège, c’est celui du cinéma. Tous les quinze jours, je crois, nous voyions débarquer un monsieur qui, dans la salle d’études et du haut de l’estrade, entamait la présentation du film programmé par ces mots : « Le film que nous allons voir ce soir… ». Nous assistions ensuite à la projection d’inoubliables chefs d’œuvre ; c’est ainsi que je suis devenu cinéphile. Peut-être n’est-ce d’ailleurs pas seulement un hasard si je me suis retrouvé beaucoup plus tard directeur du palais des Festivals de Cannes. Et si, aujourd’hui encore, j’organise chez moi des séances privées de cinéma en présentant, à une trentaine de personnes chaque fois, des films de grands réalisateurs injustement méconnus ou oubliés.

PS – J’ai beaucoup bougé dans ma vie, géographiquement (Mali, Côte d’Ivoire, Tchad, Avignon, Cannes, Monaco, Aix-en-Provence, Marseille) et professionnellement ; j’ai choisi très tôt, en 1965, mon port d’attache, Gordes, un village très pittoresque, à une quarantaine de kilomètres à l’est d’Avignon, et très riche aussi, à bien des égards. Au point que je me suis lancé, il y a plus de quinze ans, dans l’écriture de trois gros livres racontant son histoire. Je me permets de citer seulement le dernier, Gordes, le temps des artistes, paru en 2015, parce qu’il fait découvrir à quel point des peintres, des sculpteurs, des écrivains et des poètes aussi et bien d’autres encore ont fait de ce village un véritable foyer des arts, de 1938 à la veille de l’an 2000 (d’André Lhote et Chagall à Vasarely).

Le 24 avril

Comme chacun d’entre nous, j’ai beaucoup d’autres souvenirs parfois excellents, d’autres fois plutôt mauvais (de l’abbé Legagneux qui, de toute évidence, ne m’aimait pas, alors que j’étais plutôt un garçon sage ; de l’abbé Louis Macé qui pratiquait un art singulier de la gifle ; de l’abbé Suteau dont le comportement étrange allait jusqu’à me faire peur ; des heures de colle passées dans une classe à la fenêtre grillagée et à la porte fermée à clef…).
Parmi les bons, il y a celui-ci : puisque je parlais de musique, j’ai repensé à l’abbé Bourgeais, professeur d’espagnol, très sympathique, dont la particularité, à mes yeux, était d’avoir des cheveux très bruns gominés ; et surtout de posséder un répertoire de chansons qui n’avait rien d'osé, mais de la part d’un prêtre, me surprenait assez ; je me souviens d’une, de Lucienne Delyle : Nous étions deux garçons, deux filles, Sur un petit youyou de bois, Il s’appelait Nina gentille, Et nous allions à Cuba…
J'ai aussi repensé aux nombreux films vus à Combrée dont quelques titres sont encore dans ma mémoire : Farrebique, de Georges Rouquier ; L’homme au complet blanc, avec Alec Guinness ; A nous la liberté, de René Clair ; Le voleur de bicyclette, de Vittorio de Sica ; le célèbre Les disparus de Saint Agil, de Christian-Jaque, dont, je crois, une version plus récente et moins bonne, avec Michel Galabru, a été tournée dans les murs du collège. D’autres, dont j’ai conservé les images sans retrouver les titres… hélas !                                                       Amicalement

 

separ

 

 

de Roger Mainfroid (cours 1966), le 14 avril 

Quelques mots d'un ancien

Mes souvenirs de Combrée sont assez partagés. J'ai en mémoire des moments agréables et d'autres qui me laissent un goût amer. La partie agréable est plus en rapport avec les autres élèves qu'avec le système. Je repense à certaines situations que j'ai ressenties profondement injustes. C'est vrai aussi que j'avais l'air de me moquer des surveillants, c'est en tout cas ce qu'ils ressentaient. J'ai toujours cette tête là, mais je maîtrise beaucoup mieux son emploi. La vie m'a aussi appris à relativiser et si je n'oublie pas je sais pardonner.
J'admire ta vaillance et ta persévérance pour que vive l'association. Ce ne doit pas être gratifiant de rencontrer des muets comme moi. Avec le temps et l'âge aidant... mais n'attend pas de miracle de ma part. 

J'ai quitté Combrée pour l'armée pendant 16 mois dans la cavalerie blindée à Lure au 1er Régiment de Dragons (de la Reine). Globalement un exercice physique de bon niveau car j'étais dans les pelotons de combat. Ensuite je suis rentré dans l'administration des PTT. Après quelques mois à Nantes direction Paris mais à France Télécom. La gestion du personnel était encore commune, mais les activités bien séparées. Des relations avec les clients professionnels en passant par la commutation et des formations internes, je suis arrivé au ministère pour quelque années. Paris a un avantage énorme, on peut suivre des cours du soir et changer d'activité sans besoin de déménager.
Je suis revenu à la direction d'Angers en 1982 comme cadre supérieur. Après quelques années comme responsable des Marchés, de l'approvisionnemen, du contentieux et des transports, le besoin du terrain m'a poussé vers les centres. Ce fut le début des changements. J'ai divorcé et peu de temps après Saumur (commutation et SAV), puis Orléans (construction et entretien des Lignes  du Loiret ) et St Lô (commercial pro et résidentiel et SAV). 
J'ai connu l'évolution de la rechnique, des systèmes rotatifs vers l'électromécanique crossbar puis l'électronique avec le numérique et la fibre. J'ai connu l'ouverture à la concurrence et le changement de statut. Les journées étaient bien remplies. Mais ma préference restait la gestion humaine. Le dernier établissement  que j'ai tenu regroupait environ 450 personnes.

J'ai pris ma retraite comme Directeur Régional en 2005.
Nous, car je me suis remarié, nous sommes installés entre Angers et Saumur, dans une grande maison qui avait été construite par Jean Foyer, le Garde des Sceaux sous De Gaulle, avec un tres grand terrain. La fatigue venant, nous avons  tout vendu pour nous installer à Biarritz. Un déménagement de plus...qui n'est pas encore terminé.

Voila résumé mon parcours. Quatre enfants et 6 petits enfants.

 

separ

 

 

de René Blais (cours 1961), le 23 mars en complément du 4 mars

Anecdotes à propos de quelques professeurs et surveillants

Jean DAVY, professeur de 4ème A, en 1956-57 :à un élève qui s'appelait Hubert de Quatrebarbes, il dit un jour où celui-ci séchait sur la réponse, qu'il était plus fort de la particule que de la partie tête.
Le 4 mars
Louis DESHAYES : je l'ai eu comme surveillant de dortoir; je devais me lever plus tôt pour "répondre" à la messe de matin de je ne sais plus quel prêtre ; pour me réveiller, il me tirait les cheveux, c'était efficace mais il y aurait eu mieux pour commencer la journée.
Gérard EMERIAU :  c'était un surveillant sympa, qui ne faisait pas souvent laver sa soutane, il sentait le vieux linge.
Joseph GERMON: très bon souvenir comme prof de 3ème
Antoine PATEAU :  en 1ère, nous avions envoyé une copie corrigée par lui à un institut de graphologie pour analyse: que des compliments ! 
Jean BARIL : il fumait en classe et nous permettait de faire de même; incroyable de raconter ça aujourd'hui.
Edouard BANCHEREAU: surnommé 10 heures 10, à sa façon de marcher. Il devait être de Joué-Etiau, comme Geoffroy Marchant, et c'est lui qui l'emmenait dans sa "voiturette" à chaque vacance. Par prudence, il faisait descendre Geoffroy à chaque intersection pour vérifier l'absence de danger avant de traverser. Le voyage durait un certain temps ! 

Tout cela a fait des hommes et reste de bons souvenirs. Suivez cet exemple en citant qualités et défauts que vous avez perçus.

separ

 

 

de René Blais (cours 1961), le 10 mars 

Paris, il y a 130 ans. Pas un seul véhicule à moteur, juste du bon crottin pour la culture des champignons de Paris !
Superbe témoignage du passé de la vie parisienne. 

Cette vidéo vieille de près de 130 ans permet de découvrir Paris avant 1900 et de s’immerger dans le quotidien de ses habitants à l’époque. Tourné entre 1896 et 1900, le court-métrage de six minutes met en scène plusieurs quartiers célèbres de la capitale comme Notre-Dame, les Champs-Élysées ou la Tour Eiffel. On y voit même le fameux “trottoir roulant “ de l’exposition universelle.
Certaines images retracent également la vie de tous les jours et nous montrent des pompiers à cheval ou des enfants en train de jouer avec des petits bateaux dans le jardin des Tuileries. Restaurée par Guy Jones, la vidéo a été ralentie afin que les mouvements soient plus naturels et que le son puisse être ajouté.
 
 Paris1890

Merci pour cette page d'histoire et de calme. 

separ

 

 

de Jacques Vignais (cours 1967), le 9 et 5 mars 

En réponse à l'annonce des dernières nouveautés (Les Camps scouts et le Complot Taupe)

Certains ont-ils des souvenirs de l'opération survie des scouts sur les îles Chausey, je ne me souviens plus de la date. Amicalement 

Jacques Vignais nous a procuré un livre, qu'il a scanné, de Timothée Houdebine paru en 1926 sur "L'histoire religieuse de l'Anjou". Ce livre exceptionnel est à votre disposition ici. Il nous a fourni aussi un bon nombre d'éléments de la page des Camps Scouts. Merci à lui.

separ

 

de Jacques de Jourdan (cours 1964), le 4 mars 

En réponse à l'annonce des dernières nouveautés (Les Camps scouts et le Complot Taupe)

Merci de ton mail et bravo pour ta constance à maintenir ce contact entre nous.
Je me suis bien amusé à regarder la "Taupe et des filles", bravo à son auteur.
Quant au camp Scout, je me souviens d'avoir participé à celui de St Jean Pied de Port, donc en 60, et le principal souvenir que j'en ai gardé est que la nuit sous nos tentes nous entendions le passage des contrebandiers revenant d'Espagne avec leur butin à dos d'ânes ou de baudets ( chargés comme des baudets). Cela nous impressionnait beaucoup, nous avions l'impression d'être au milieu de grands bandits. Amitiés à vous tous

separ

 

 

de Michel Brillot (cours 1966), le 4 mars 

En réponse à l'annonce des dernières nouveautés (Les Camps scouts et le Complot Taupe)

Il est vrai que je ne visionne pas de façon assidue le site de l’Amicale, mais le travail de mémoire réalisé par certains d’entre vous (Jean-Jacques et Jean-Louis, notamment) me replonge dans ce passé mémorable et ravive des souvenirs que le temps avait un peu effacé.

Je n’ai pas vécu la plupart des épisodes évoqués dans ces échanges, mais cependant je garde très présent à l’esprit nos escapades à Vernet les Bains en 1961, ainsi qu’en Normandie (opération survie) en 1963 et surtout l’épopée du Jamboree qui a constitué pour moi l’apothéose. (Jean-Louis, je t’ai communiqué les infos que je possédais, en particulier des photos).

Bravo et un grand merci pour ce travail de recherches historiques sur un passé qui n’a pas fait la une des actualités à l’époque mais qui a été très riche sur le plan humain. Bien amicalement

separ

 

  

de François Bardet (cours 1963) et Alain de Séchelles (cours 1964), le 23 février 

Votre serviteur et "animateur" de ce site a proposé le 14 janvier dernier à ses condisciples du cours 1964 et à ceux des cours 1963 et 1965, de nous réunir pour nos 55 ans de sortie du collège, comme nous l'avions réussi en 2014 et 2005 entre autres. Les réponses sont restées discrètes sur les 78 courriels envoyés : les voici.

François Bardet

Merci d’être toujours notre vigie pour organiser nos formidables retrouvailles périodiques. Pour ma part, je préférerais une réunion à Combrée avec l’espoir de revoir aussi notre vieux collège, et si possible de plus près qu’il y a 5 ans. Je ferai tout mon possible pour y participer selon la date (j’ai déjà un empêchement de mi-mai à fin mai), mais il reste des créneaux importants en mars, avril, juin, septembre et octobre ; peut-être de préférence en milieu de semaine en évitant les week-ends et les vendredis et lundis. Fais pour le mieux selon les souhaits de tous et les possibilités d’accueil, et je souhaite que nous soyons nombreux à nous retrouver. Dans cette attente, bien cordialement

Alain de Séchelles

Merci pour ton excellente initiative. Je crois que Combrée serait un bon endroit pour se voir. Mais je ne sais pas si nous pourrons venir. Ganges est assez loin... A suivre.

Tant pis, donc !  

separ

 

de Michel Martinot (cours 1953), le 11 février 

Rien de mieux pour avoir des nouvelles de Jean TORTIGER : Christiane, mon épouse qui se rend chaque semaine à la maison de retraite qui héberge Jean a eu le plaisir de lui demander comment il se portait.

Il va bien, sans changement depuis quelques mois. Il semble cependant fatigué et amaigri, il n’a aucune activité mais ne reste pas dans sa chambre et suit de son observatoire la vie de l’établissement. (un fauteuil dans le hall d’entrée).

Il vous transmet toute son amitié. Amicalement

En réponse à la demande de nouvelles de Jean Tortiger (cours 1945 et aumônier de 1956 à 1967).  

separ

 

de Jean-Jacques Carré (cours 1968), le 9 février 

 

Pour m'attaquer au film retrouvé sur la Taupe, j'ai éprouvé le besoin d'aller aux sources sur le site de l'Amicale, très riche sur la question. Je vais reprendre quelques données pour agrémenter la vidéo.

J'en ai profité pour me promener un peu. Ci-joint, comme tu le demandes quelques erreurs repérées et quelques précisions… Ci-jointe aussi une 2ème photo, prise aussi par l'abbé Neau, de la promenade des centimes avec de gauche à droite : M. Veillon de la Garoullaye, François Favre, Jean-Jacques Carré, …, Jean-Noël Siret. 

Centimes 6e 1960 

Nous sommes peut-être les deux seuls à nous y intéresser, mais on ne sait jamais …

Merci Jean-Jacques ; la correction concerne la légende de la photo ci-dessus dans cette page.  

separ

 

 

de Dominique Rupied (cours 1973), le 4 février

.... Avec Maurice Tremblier, nous avons rassemblé nos souvenirs et cela nous donne des identifications, reportées sur la photo ci-contre correspondant à la classe de Sixième (1965-66). Cependant il nous manque des noms ! Merci d'aider à retrouver les noms manquants.

65 66 noms 4 fev 19

 Avant on pouvait accéder aux listes des classes. Si cette possibilité existe encore, je ne sais comment ! Pouvez-vous me l'indiquer ? A défaut est-il possible d'avoir la liste de cette classe ? Merci.
Cette possibilité a été supprimée des ancienne versions du site de l"Amicale pour des raisons de confidentialité. L'animateur de ce site prévoit de récupérer ces listes et de les insérer dans les pages "Photos de classe" 

Pour finir, n'étant pas très attentif, où en suis-je de mes cotisations ?
Cette cotisation est valable pour une année civile, donc c'est le bon moment pour 2019
Bien cordialement

Merci à Dominique pour ces informations qui ont permis de corriger quelques erreurs de photos de classe des années 1965-1966 et 1966-1967. N'oubliez pas de nous contacter pour l'aider à compléter les noms sur cette photo.

separ

 

 

de Martial Vaslin (cours 1964) et Maurice Couraud (cours 1955), le 16 janvier 

Papa Couraud est sans doute arrivé au collège en 1936 (sûr) ou même 1935, car il a du être une année au collège avant de se marier ? 
En effet il s’est engagé à 18 ans et, vu ces références en gym, il est passé par le bataillon de Joinville où il a obtenu ses diplômes de moniteur d'éducation physique, de prévôt d'armes et de maitre nageur. Engagé 2 ou 3 ans, il pouvait très bien être au collège à 21 ans (1935-36). 
Il a donc exercé avant la guerre avec une interruption très longue puisqu’il a été prisonnier 5 ans.
Il a pris sa retraite en 1975 car il était aux Jeux Olympiques de Montréal en 1976 : c'était le cadeau des anciens élèves pour son départ. 

 Famille Couraud-Vaslin

En réponse à la demande des années de présence de Papa Couraud au collège. 
separ

 

Transmissions de vœux pour 2019à compter du 1er janvier

 

 Gérard Cruaud (cours 1964)    Jean-Jacques Carré (cours 1968)
2019 GCruaud   

? = Le nombre auquel vous pensez, multiplié par deux, 
augmenté de quatre mille trente six, que vous divisez par 2,
duquel vous retranchez le nombre 
auquel vous avez
initialement pensé plus un.

Bonne année à tous 

Quelques compléments aux archives combréennes seront envoyés prochainement (voir ici).

Dominique Faure (cours 1969), maire de Challain-la-Potherie, membre du C.A.   
DFaure2019    A‌vec vous tous, Bonne et Heureuse Année 2019 !
Avec cette santé si indispensable et cette énergie du coeur et de l'esprit,       vives catapultes dans tous nos désirs et tous nos rêves...
Avec cette tolérance et cette écoute tant réclamée par les populations
Avec cette amitié chrétienne enseignée par nos prédécesseurs
Avec cette douceur réconfortante pour ceux qui souffrent.
Amitiés combréennes
Loïc Dusseau (cours 1984) du C.A.    Patrick Danset (cours 1973) du C.A.

Chers amis,

A mon tour de vous présenter mes meilleurs vœux pour 2019, avec une pensée particulière pour Patrick, notre miraculé, en lui souhaitant un bon rétablissement. J’espère également qu’elle nous donnera plus de visibilité quant à l’avenir des bâtiments notre « maison ». Amitiés combréennes

  

A tous mes amis Combréens,
En ce début d'année 2019 je vous présente mes meilleurs voeux et vous offre ma lettre d'information N°71 du collège d'experts SEIQA.
Je vous invite à lire la Tribune de Corinne Lepage - Ancienne ministre de l'environnement qui confirme le partenariat que nous venons de signer avec son cabinet "Huglo Lepage" et notre installation dans la durée, grâce à nos partenaires industriels, de notre démarche de prévention image.pngsanté dans le domaine des allergies et de la qualité de l'air. Toutes mes amitiés.

 Jean-Yves Denis (cours 1963)    Paul Laumonier (cours 1964)
Une bonne nouvelle dans la famille: je suis grand-père d'un petit Briac, né à Brest le 7 septembre 2018.
Je garde un bon souvenir de la dernière réunion à Combrée, mais je ne pourrai pas être présent à la prochaine.
Meilleur souvenir.
 
J'habite toujours Marrakech une grande partie de l'année , je suis en France en principe en juillet et en août .
Bien amicalement, Paul


     

 

separ

 

de Patrick Tesson (cours 1972), le 2 janvier

Patrick , c'est l'homme qui a décidé, organisé et réalisé le bicentenaire, œuvre pour laquelle il s'est dépensé sans compter avec le succès que l'on sait ! Il a choisi de laisser les rênes de notre association pour se reposer, ayant atteint cet objectif ; depuis, il s'est investi dans "Les classes de citoyenneté" avec le soutien de quelques anciens élèves. Voici sa réponse aux vœux envoyés par Jean-Michel Guittet aux membres du CA : 

Je profite de ce lien amical et collectif pour vous donner de mes nouvelles. J'ai fais le 18 décembre un infarctus du myocarde grave qui a nécessité de me choquer cinq fois de suite avant que mon cœur ne reparte !! J'ai eu deux opérations pour la pose de quatre stents. Heureusement Maryse a appelé le SAMU à temps, car de mon côté je n'ai rien vu venir. Repos total pendant un mois puis rééducation pendant un autre mois tous les jours.
Tout va rentrer dans l'ordre...
Amitiés à chacune et chacun d'entre vous.

Très sincères souhaits de prompt rétablissement à toi.  separ

 

Des membres du CA de l'Amicalele 1er janvier

Tout le conseil d'administration de votre Amicale vous offre ses meilleurs vœux pour la nouvelle année : 

      • Qu'elle vous apporte la réalisation de tous vos projets et une bonne santé,
      • Qu'elle soit une source de petits et grands bonheurs à tout niveau,
      • Qu'elle vous donne un peu de temps pour participer à la vie de l'amicale de Combrée,
      • Avec le ferme espoir que nous allons déboucher sur une issue positive sur l’avenir du collège

Ils vous souhaitent à tous, ainsi qu'à vos familles, une excellente année 2019
separ

 

de Patrick Danset (cours 1973) membre du CA de l'Amicalele 1er janvier

Merci pour tes bons voeux je te joins les miens et ceux de R LAB et les médecins allergologues de l'ARCAA
Vous souhaitent une année 2019 Transparente, Aérée et Vivifiante
Pour tous mes camarades du collège de Combrée après une fin d'année plutôt satisfaisante grâce à la signature de 3 contrats : Starwax, So chèvre et la gamme Febreze de P&G que les médecins allergologues viennent d'approuver.
2019 sera une année communicante grâce à nos différents partenaires dont le dernier contrat qui est en cours de signature à la demande de Corinne Lepage - ancienne ministre de l'environnement et initiatrice de la première loi sur la qualité de l'air - et son cabinet Huglo Lepage - HL .

Je vous souhaite pour l'année 2019 les mêmes joies professionnelles et personnelles.
Sur ce dernier sujet nous avons baptisé Théodore et Alexandre - nés le 15 septembre - à Santa Maria Reina à Barcelone le 22 décembre.
La vie est belle , profitons en... tant qu'elle est souriante. Souriez, cela fonctionne, la vie vous sourira.
Amitiés.
separ 

  + + + + + + + + + + + + + +  + + + + + + Revoir les échanges de 2015 ; de 2016 ; de 2017 ; de 2018