La Taupe dans tous ses états

taupe2019

Est-ce qu'il y eut complot ?

Il se trouve que de vieilles images surgies du passé suscitent beaucoup de questions ...Le 10/03 : LES JUSTIFICATIFS 

 

separ

Quel complot ? 

separ

La Taupe, vous vous souvenez ? Non, alors suivez ce lien "La Taupe"

 Quelles images ?

          

 Cliquez sur l'image ci-contre : une vidéo commise 
par Jean-Jacques Carré (cours 1968) pourrait vous
surprendre ! (durée environ 9 min). MàJ 26 fevrier

Vous devez la (re)regarder et vous pouvez la télécharger.

Complot taupe

 

 

 

 Quelles questions ?

- Les filles : Qui sont-elles ? Qui les a invitées ? Quel rôle ont-elles joué ? Que sont-elles devenues ? 

- Le préfet de discipline : Qui était-ce ? Comment a-t-il exactement formulé ses soupçons ? 

- Que lui a-t-il été répondu ? Par qui ? Ou comment la rumeur a-t-elle été stoppée (étouffée ?) ?

- Comment ces taupiers se dépaçaient-ils ?

À vous de donner les réponses

La Taupe vous remercie de l'aider à éclaircir ces mystères en prenant contact avec nous.

Il y a prescription, vous pouvez formuler vos bonnes réponses à ces bonnes questions et d'autres peut-être ...
Vos hypothèses, ou certitudes, seront transcrites dans cet article, dès réception. 

 

separ

Les réponses

separ

 Les Réactions immédiates des "Taupiers"

Loïsah ah ah ! génial !! Le préfet s’appelait Deshaies, non ? je n’ai jamais entendu parler d’un D(a)esh… dans ce passage, une coquille que j’ai oubliée. Mais si on me voit ! souvent de dos car je bossais, moi ! Facile : je suis gaucher et j’ai une montre.
Les filles devaient être les guides / jeannettes ? qui nous avions invitées à dîner dans la salle Duguesclin (merde, il était jeune celui-là, moi qui le prenais pour un vieux clochard) Ah, Arlette………… super sympa, merci et bise taupière à tous.

Jean-Jacques
C'est volontairement que j'ai écrit Desh… au lieu de Louis Deshaies, de même que je n'ai pas mis le nom du préfet de l'époque (Jacques Jouin). Veux-tu dire que tu confirmes qu'il s'agit bien de L. Deshaies et non de J. Jouin ? Si oui, il doit y avoir quelque part une faille dans l'espace-temps.
Pourquoi cette exclamation : "Mais si on me voit !" ? Bien sûr qu'on te voit. Les mauvaises langues pourraient même dire qu'on ne voit que toi !
Les filles : Nous voilà sur une piste "à creuser"…
L'âge de Du Guesclin (NDLR : surnom du SDF qui squatait les ruines du château): tu nous invites à méditer sur la relativité de notre perception des autres. Nous avions 15 ans, lui peut-être 55. Aujourd'hui nous sommes plus vieux que lui hier ; ce décalage nous apparaît probablement d'autant plus fortement que nous ressentons comme (encore) jeune … (NDLR : la preuve cette vidéo et ces conséquences)

EtienneQuel joyeux bonheur ! Sacré boulot, Jean-Jacques, caméraman (?), metteur en scène et surtout scénariste !
Mais vraiment, je ne me souviens plus de cet épisode des filles à la Haute-Bergée... et pourtant, les images sont incontournables. Souhaites-tu que je questionne mes contacts combréens pour tenter de retrouver qui sont ces gazelles venues fouler la terre boueuse et qu’on retrouve sur l’échauguette de Pouancé ? (NDLR : Bien sûr !)
Je n’ai pas non plus de souvenir de cette entrevue chez le préfet. Infox ? Je suis là-dessus tout prêt à rejoindre ceux qui ont une meilleure mémoire. Jean-Louis va adorer compléter le site qu’il développe avec tant de constance. On a vraiment envie de dire “à suivre” !

Jean-PaulBravo Jean-Jacques ! Génial ! Quelle belle tranche de vie pour nous tous, immortalisée. Quelle intrigue ! quel suspens ! Cherchons des indices... La Taupe arrivera t'elle à percer le mystère ?...Oeuvrons ensemble : "Il n'est point de secrets que le temps ne révèle" (Britannicus / Jean Racine). Un grand salut à tous.

GérardBeau document. Personnellement je n'ai pas souvenir de  ces moments auxquels j'ai probablement participé. Concernant le préfet, il y a eu pendant quelques années l'abbé Pavec. (je ne suis as sûr de son nom.) Bonne journée à tous.

PhilippeJe me souviens de PAVEC comme préfet de discipline, mais pas des dates de début et fin de ses fonctions? Comme dit Etienne, il faisait le job, job pas très sympa par nature. Oui, utiliser un prêtre pour la discipline ( assez hard à Combrée, il faut bien le dire) est surprenant. Mais qui d'autre dans cet environnement ou le nombre de "non-pretres" était plutôt restreint ? ....... Je ne vois donc pas qui a pu succéder à PAVEC.
Quant aux filles, je ne m'en souviens pas dans cet environnement "gadouilleux".
Par contre, je me souviens de soirées "Jeunesses musicales de france" où venaient de jeunes filles provenant de je ne sais quelle institution voisine. Plusieurs d'entre nous remontions après diner nous habiller avec costume cravate ( je ne crois pas que l'uniforme était obligatoire à ce moment) pour essayer avant et pendant le concert d'attirer l'attention de quelques jolies filles. Et parfois ça marchait ( en douce bien sûr !). J'en sais quelque chose. M^me si, je dois le reconnaitre, ces contacts n'arrivaient pas au delà de flirts légers. Merci Michel ( Rebondy) de cette ouverture du collège et de ses élèves ados vers des relations bien platoniques mais empreintes de belles émotions.
Souvenirs aussi de la ferme où nous, scouts avions campé un Week End,( là ou Loïs a attrapé un canard pour mouler ses empreintes). Les deux filles des fermiers étaient très intéressées à nos activités ; je crois qu'à l'époque, ça nous plaisait bien (je n'étais pas le seul).et même que ça nous flattait. L'encadrement du collège n'a jamais rien su de tout ça. 
Les faits sont prescrits .... Amitiés à tous.

Quelques éléments de réponses

Loïs : Ben, moi je m’en souviens bien de l’accusation du préfet, car j’en avais été complètement interloqué. Quant aux filles, je n’ai souvenance que des scoutes de passage. Dommage que le dîner n’ai pas été filmé, mais peut-être y-a-t-il des photos ?
Et je viens de trouver ça dans le classeur de Xavier :
Mais, dans la maisonnette voisine, une équipe travaillait à la préparation du déjeuner. Marle-Paule, Catherine, Elizabeth, Marie-France, Annie, Odile, Marie, cuisinaient le repas des jeunes ouvriers qul allaient revenir à midi, affamés comme des loups. Ils apprécieraient les carottes râpées et les œufs, le rôti de bœuf, la purée, le fromage, les fruits, le tout arrosé d'un château La Pompe, 1er choix, l'alcool étant déconseillé à nos chevaliers modernes.
Donc la convocation était chez Jouin en 1963, début de la taupe, non ? Xavier pourrait confirmer.
Quant aux filles, moi qui suis parti ailleurs pour faire la terminale (sciences ex), je n’en ai jamais vu dans les parages, sauf à ce fameux dîner dans la salle Duguesclin.

EtienneLes allers et retours à Pouancé, dans la jeep de Loulou Bessières... Toi Xavier, tu étais devant, forcément, et nous à l'arrière, dans les sacs de graines dont il était commerçant. On se marrait bien au grand vent ! (NDLR : voir la question 5) de Xavier)
Désolé comme toi de n'avoir pas assisté au tournage avec les filles. Mis à l'écart aussi, ouin !

Jean-PaulL'enquête piétine...Ne faudrait-il pas faire appel au comissaire Magellan, alias Jacques Spiesser ? Si les finances de l'association le permettent...
Notons que si la jeune fille conduisait, c'est qu'elle avait à priori l'âge de conduire... elle était donc plus âgée que nous en moyenne (on se donne autant de mal à faire mal une enquête qu'à la faire bien !! je parle pour moi...) (NDLR : une Taupe et son adjoint creusent)

LoïsSpiesser, il me fait marrer quand je le revois en Magellan car je retrouve exactement son caractère d’alors. Nous suivions ensemble les cours d’allemand de « Bébel » (NDLR : Abbé Riebel). Une classe particulière dont le troisième et dernier compère était Nivoit, le pire. Cet andouille a fait croire un jour au pauvre curé affolé qu’il allait se jeter par la fenêtre. La crise cardiaque n’est pas passée loin. Pas un brin de conversation en 6 ans, mais nous traduisions Goethe et savions écrire en Gothique, une belle jambe si on veut demander une bière saucisse…

Les interventions des "responsables"

LouisBonjour à tous ; si je comprends bien, dans cette affaire je suis cité à comparaître...

Ce que je vois en premier, c'est que lorsqu'il y a prescription, on apprend beaucoup de choses... (Et depuis la reprise de contact avec vous tous, c'est à dire plus de cinquante ans après mon passage à Combrée, j'ai appris quelques épisodes de la Taupe et de la Troupe scoute que j'ignorais complètement !)

Et puis je me souviens avoir été interpellé au moment où on voulait remettre en cause l'existence de la Taupe et je crois bien que c'était essentiellement par le préfet de discipline, l'Abbé Jacques JOUIN qui venait - après un court intérim de l'Abbé Jean PAVEC - de succéder à l'Abbé Louis DESHAYES (ne pas confondre avec l'Abbé Pierre DESHAIES qui était l'Econome du collège). J'ai dû alors me porter garant de l'intérêt et du sérieux de cette "aventure" et de ceux qui y participaient.
J'ai dû assurer que la Taupe faisait partie intégrante de la Troupe scoute et que, par conséquent, vous étiez assurés pour tout incident ou accident qui aurait pu survenir durant vos activités à la Taupe.

J'ai donc l'immense responsabilité d'avoir ainsi couvert ces "rencontres illicites" que j'ignorais et dont Jean-Jacques relance l'existence dans ce document original (mais rencontres qui - semble-t-il - ne vous ont pas marqué beaucoup car vos souvenirs à tous semblent bien flous !!!) Peut-être Élise Lucet dans une de ses émissions "Cash Investigation" pourrait élucider le problème de ces rencontres qui restent mystérieuses !
Mais je ne regtrette rien... Au contraire, même si au départ j'ai été un peu sceptique, je suis fier d'avoir soutenu - à mon humble place - cette initiative originale de collégiens qui reste dans les souvenirs de tous et qui a fait naître une amitié qui - plus de cinquante ans après - semble toujours exister. C'est rare...
Bravo et bonne route à tous. Bien amicalement. 

XavierA tous, salut et fraternité. Je dois faire face à des problèmes techniques informatiques, mais ... je n'ai plus l'âge à me faire emm... par des fâcheux. Ceci explique ma réaction tardive.

1) Merci (encore !) à monsieur Louis qui a pris des risques comme un biologiste-chimiste, a laissé et favorisé la fermentation de ce bouillon de culture : La Taupe.
2) En ce qui concerne les abbés "préfets de discipline", je crois qu'ils aimaient mes visites périodiques ... ce n'était pas réciproque. Seule "Cerbère" (NDLR : Sœur Ste Clarisse, à la Porterie) savait, avec efficacité, faire régner la discipline.
3) Théorie du complot ? Oui ! Histoire de semer le doute, vous vous rappeler que l'abbé Deshaies nous a présenté au ciné-club pendant une saison complète les films, cinéastes, réalisateurs russes et soviétiques ... bolcheviks ...
4) Je confirme : il y a complot ! Vidéo ... caméra cachée ! A mon grand regret je ne me souviens pas de la présence de cet escadron en dentelles. Hélas ! Je me demande si ON n'a pas profité de mon absence pour tourner cette séquence. Je regrette qu'il n'y ait pas de son : "Duguesclin" était en train de nous confier le secret de sa tour, le trésor, ... "avec des lames de sabres ... comme ça".
5) Je me pose toujours la question suivante : Comment faisait-on pour faire les aller-retour Combree - Pouancé ?

 

separ

Solution double

separ

 Quand on vous disait que la Taupe savait creuser ...
Et c'est Loïs qui nous donne deux solutions pour le prix d'une au complot Taupe-Filles... du cumul, quoi !

mars 1964, première opération Bois Dormant à Pouancé :
Marie-Paule, Catherine, Elizabeth, Marie-France, Annie, Odile, Marie, cuisinaient le repas des Jeunes ouvriers qui allaient revenir à midi, affamés comme des loups. 

 Première preuve de "présence des filles" :

Photo extraite de Ouest-France du 27/03/1964
où l'on voit quatre "filles" sur les sept citées dans l'article

Page15duClasseur XMelard

 OF 1964 03 27 Cuisines

juillet 1965 : camp Taupe Pouancé Bois Dormant III.

Seconde preuve de "présence des filles" :

Extrait du Classeur de X.Mélard
Visite des guides de Lisieux et dîner avec elles dans la salle souterraine Duguesclin. (aaah ! Arlette ....) 

Extrait du Courrier de l'Ouest du 17/07/1965
... plaisir à saluer une bonnen trenteaine de guide Scoutes de France campées à Grugé L'Hôpital.

  Page17duClasseur XMelard 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci à tous ceux qui ont permis d'élucider ce mystère ...
                                       qui ne devint mystère que parce que le temps passe !